Gestion des dégâts: un exemple à suivre

21 décembre 2018

Avec quelque 7.540 véhicules en flotte, Engie Fleet dispose d’une belle expérience dans la gestion d’un parc automobile. C’est pour cette raison que le département fleet du fournisseur de gaz et d’électricité propose également son savoir-faire à d’autres entreprises désireuses de se faire aider dans la gestion de leur flotte.

Engie Fleet, c’est donc l’entité qui gère une grande partie de la flotte de la société Engie Electrabel, spécialisée dans la fourniture de gaz et d’électricité en Belgique mais aussi à l’étranger. « Nous gérons 7.540 véhicules pour le compte de nos clients internes belges, ce qui fait de nous l’un des plus gros gestionnaires de flotte du pays », exposent Melissa Bonura (Gestionnaire sinistre & Business Support) et Emmanuël Guadagnino (Technical Supervisor). Grâce à cette flotte importante – principalement composée de véhicules utilitaires -, Engie Fleet dispose d’une excellente expertise en matière de gestion de flotte et peut donc proposer ses services à des clients externes.

“À l’heure actuelle, nous comptons 560 véhicules en gestion pour des clients externes tels que Omnimut, Partena ou encore DataUnit. Nous assurons la gestion du parc, qu’il s’agisse de véhicules particuliers ou de véhicules utilitaires jusqu’à 3,5 tonnes, du début à la fin. »

Parmi bien d’autres choses, Engie Fleet est ainsi capable de soutenir ses clients dans l’établissement de leur car-policy ou dans la création d’un catalogue de voitures de société et de véhicules utilitaires pour leurs conducteurs. Elle peut aussi conseiller les conducteurs dans le choix de leur futur véhicule mais peut également se charger de la gestion administrative de la flotte de ses clients durant toute sa durée de vie ou encore de l’optimisation du TCO (cout total de propriété) de celle-ci.

« Parmi nos atouts, il y a évidemment la force du groupe Engie, puisque nous sommes présents au niveau international, mais il y a surtout notre expérience de plus de 30 ans dans le secteur de la gestion de flotte. Notre expertise s’est créée au fur et à mesure et continue encore aujourd’hui à se renforcer au travers de la gestion de notre propre flotte (Découvrir notre offre!). On peut ensuite appliquer à nos clients certaines choses que nous retirons de notre propre gestion. De plus, nous disposons d’une flotte de 30 véhicules de pool aménagés de façon très spécifique, ce qui nous permet de répondre aux besoins très divers de nos clients en matière de véhicules utilitaires légers de remplacement par exemple. »

Intérêt pour la mobilité

Comme beaucoup d’autres acteurs dans le secteur, Engie Fleet est évidemment très attentif à toutes les évolutions en matière de mobilité durable et douce ou encore à l’arrivée imminente du cadre légal pour le budget de mobilité. « La mobilité fait clairement partie de nos développements futurs », confirment nos deux interlocuteurs. « Outre le fait de proposer une étude de projet de mobilité à nos clients pour faciliter les déplacements quotidiens de leurs collaborateurs, nous sommes par exemple en mesure d’installer des bornes de recharge pour voitures électriques et nous proposons également des cartes de rechargement ‘Engie’, en plus des cartes carburant. Nous sommes également partie prenante dans le projet Maas (Mobility as a Service) dans le but de développer et de soutenir des solutions de multimobilité future à destination de nos clients. »

Gestion de dégâts : un exemple à suivre

Melissa Bonura et Emmanuël Guadagnino étaient invités lors de notre session du fleet dating de septembre pour exposer leur expertise en matière de dégâts de fin de contrat. Il faut dire qu’avec plus de 7.500 véhicules en gestion, dont une grande part d’utilitaires légers, les dégâts de fin de contrat représentent une part non négligeable de la gestion de flotte d’Engie Fleet. À ce titre, ils ont pu édicter quelques-uns de leurs conseils et bonnes pratiques aux nombreux gestionnaires de flotte présents lors de ces deux sessions.

“Dans le cas de certains petits dégâts, il est financièrement plus intéressant de ne pas effectuer de réparation et de payer les frais de fin de contrat plutôt que payer le montant de la réparation. Si un dégât mineur sur un utilitaire ne représente aucun risque pour la sécurité du conducteur et des autres usagers de la route, nous décidons souvent de ne pas effectuer la réparation. »

Les représentants d’Engie Fleet ont aussi insisté sur la nécessité de contester les dégâts facturés par les loueurs. « En contestant des dégâts, nous avons réussi à réduire de 22% le montant total de nos frais de fin de contrat grâce à une analyse approfondie des fins de contrats et à des contestations des surcoûts. Nous avons aussi pour habitude d’effectuer des régularisations en cours de contrats pour éviter les mauvaises surprises au moment de la restitution du véhicule. Dès le départ, on essaye de choisir la durée et le kilométrage les plus optimaux, mais il est aussi très important de vérifier régulièrement le kilométrage réellement parcouru par vos conducteurs. Chez Engie Fleet par exemple, nous analysons chaque contrat une fois par an. »

Des conseils judicieux qui serviront à coup sûr aux gestionnaires de flotte présents dans la salle.

 

Source: MALVETTI D. (2018). L’art de transposer son expertise. Link2fleet, 227, 32-33.

Share on

Trucs et astuces

Réflexions